Restons Connectés

Politique

« Le jour où j’en aurai la volonté et le désir de gracier Khalifa Sall, je le ferai…»

Publié

on

Dans une interview accordée à la RFI, en marge du sommet du G7 qui se tient présentement à Biarritz, en France, Macky Sall a évoqué le sujet de la grâce en faveur de l’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall.

« D’abord la décrispation ne saurait être réduite à une dimension de grâce, dira-t-il. « La grâce est un pouvoir constitutionnel du président de la République. Ça ne dépend que de lui et de lui tout seul, de son appréciation, théorise le chef de l’Etat avant de se montrer ferme : « Je ne peux pas discuter de ce que dit la presse par rapport à la grâce. Le jour où j’en aurai la volonté et le désir (de gracier Khalifa Sall), je le ferai, comme j’ai eu à le faire annuellement pour plus de cent voire un millier de personnes par an qui en moyenne bénéficie de la grâce. Justement nous voulons revoir notre système pénal pour réduire le nombre de personnes en prison dans ce cadre-là. »

Publicité
Publicité