Restons Connectés

Les Pensées

Mes révérences à vous, le responsable d’ECOBANK

Publié

on

«La liberté est le sentiment des âmes élevées : elle produit les grandes actions, crée les grandes patries, et fonde les institutions durables ; elle se plaît dans l’ordre et la majesté ; elle s’allie avec tous les gouvernements, en dehors du despotisme. », ai-je lu quelque part.

Je ne sais si vous êtes un sieur ou une dame. Permettez-moi, pour les besoins de cette missive, de vous appeler Responsable.

Laisser le mal prospérer, c’est, ultimement, reconnaître qu’on a perdu sa capacité d’indignation. Moi, je m’indigne ! J’ai le cœur meurtri et la conscience troublée face à cette situation qui prévaut devant votre agence dédiée aux étudiants. Oui, c’est par notre silence que triomphe le mal. Ce qui se passe avec le retrait des cartes bancaires des étudiants est indigne et inhumain. Des jeunes hommes et femmes passent la nuit à la belle étoile, avec tout le risque que cela comporte, pour retirer une carte qui, parfois, demeure inactivée pendant des semaines. D’énormes risques sont pris par les étudiants. Imaginez des attaques à main armée sur les lieux pour dépouiller ces jeunes qui n’ont que leurs téléphones portables et quelques pièces de monnaie. Les vigiles ont-ils des armes pour riposter, voire protéger, le cas échéant ? Si malheur arrive, je ne le souhaite point, les Sénégalais vont s’émouvoir pendant quelques heures. Et tout s’arrêtera à ça. La sagesse wolof dit : mieux vaut ‘’je l’ai dit’’ plutôt que ‘’je le savais’’. James E. Miller. Jr. a noté avec désolation : « Le malaise moderne, c’est l’anonymat dans une culture de masse, l’individu dépouillé de son humanité et réduit à un élément de statistique. ».

Au lieu de nous faire trainer pendant des semaines, installez, cher Responsable, des services pratiques sur l’esplanade de l’UCAD 2 pour rendre rapide et efficace la distribution des cartes. Je ne sais à qui profite ces lenteurs, mais pas aux étudiants. Dans le monde des Affaires, rien n’est fait gratuitement. C’est la phase hideuse du Capitalisme qui s’offre en spectacle pour qui sait lire attentivement les logiques qui sous-tendent vos faits et gestes. En quoi, recevoir quelque chose qui nous revient de droit doit nous pousser à nous soumettre et à faire des courbettes ? Le droit ne se négocie pas. Il s’arrache si l’entêtement déraisonnable  veut l’étouffer. J’entends déjà l’éloquent titre de Stéphane Hessel : Indignez-vous !

Je n’ai jamais fait de cours sur le Management, mais il est de toute évidence qu’une banque qui se veut panafricaine vit dans le paradoxe si elle peine à satisfaire convenablement les seuls étudiants du Sénégal. C’est déjà inconséquent que votre banque soit la seule à traiter les bourses de tous les étudiants du pays. Sur quels base éthique et angle efficient continuez-vous à occuper cette station, alors que depuis fort longtemps les étudiants se désolent de vos services ? C’est cela l’Emergence !

C’est désolant et écœurant de voir l’arrogance et la suffisance avec lesquelles les préposés à la porte et dans les guichets nous traitent. Non, les étudiants ne sont pas des moins que rien. Ce sont ces braves jeunes qui vont servir ce pays sous peu. Vous nous devez respect et considération. Nous disons non, non et non ! Vos agents seraient bien inspirés s’ils arrivaient à comprendre ces lumineuses lignes de Sophocle : « un jour suffit pour faire monter ou descendre toutes les fortunes humaines. ». Votre banque a tous les étudiants du Sénégal pour client principal. Donc minimum de respect !

En écrivant ces lignes, mon but est d’exprimer mon indignation qui cadre parfaitement avec celle de tous ces jeunes étudiants qui n’ont que leur bourse pour s’assurer un minimum de subsistance et préserver leur dignité.

Je termine avec ces lignes de Victor Hugo, tout en espérant qu’elles susciteront une réflexion chez vous : « Les brutalités du progrès s’appellent révolutions. Quand elles sont finies, on reconnaît ceci : que le genre humain a été rudoyé, mais qu’il a marché. ».

Ibou Dramé SYLLA
Un étudiant indigné
77 306 24 70
xadkor@gmail.com

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Publicité